La semaine dernière, j'ai participé à un meeting à Rome pour y suivre un séminaire où l'enjeu du numérique a été longtemps évoqué. Ce sujet est aujourd'hui devenu essentiel. La métamorphose du numérique est en effet devenue le dogme d’un grand nombre d’entreprises se voulant performantes, surtout dans le contexte de l’évolution des marchés et des technologies. Cependant, bon nombre d'entreprises ne savent pas d'après moi  s'adapter à cette évolution du paysage. Parce que le challenge ne se résume pas à la restructuration d'un site web ou la conception d'une application mobile. L'évolution numérique nécessite que le le digital au plus profond même de l’entreprise, son mode de fonctionnement et ses rapports avec ses clients, externes comme internes. Il s’agit de fournir de gros efforts pour gagner de nouveaux segments et de répondre au mieux les aspirations d’une génération ultraconnectée en permanence et dont les habitudes évoluent rapidement. Cette mutation appelle un bouleversement considérable  au niveau des pratiques et de métiers en entreprise. Cela nécessite une vraie motivation des employés. L'entreprise se doit de repenser l’impact des nouveaux canaux, du Cloud et de pas mal d'autres innovations selon une perspective de renforcement des processus de métiers et la marque. Au cours d'une discussion, un intervenant a souligné que l’entreprise numérique comme sociale et connectéeet mobile. L'évolution digitale requiert une réorganisation en interne et un lien avec ses utilisateurs, ses fournisseurs et ses employés. Et pour aboutir à cet objectif, certaines règles doivent être respectées, comme par exemple être en veille continuelle mais ne pas se disperser face aux possibilités de la technologie, bien se connaître parfaitement, et se construire des objectifs « Smart ». L’innovation est véritablement décisive pour dépasser ses compétiteurs. En fin de compte ce que je retiendrai de ce séminaire à Rome, c'est qu'il est à présent pressant d'inspirer une culture de l'innovation en entreprise en soutenant les initiatives. Les leaders doivent appeler leurs collaborateurs à innover et prendre des initiatives. Et parce que l’innovation génère souvent une peur et génère une opposition au changement qui doivent être gérées, la partie RH a un travail fondamental : elle doit mettre en place des plans d'action pour inclure le capital humain dans cette nouvelle manière de vivre l'entreprise. Suivez le lien pour toute information sur ce séminaire à Rome