La menace posée par les terroristes du Moyen-Orient diminue depuis un certain temps. Même pendant la guerre contre l'État islamique, les russophones de pays de l'ex-Union soviétique avaient déjà commis bon nombre des principales attaques perpétrées en Occident. Celles-ci incluaient des événements de loup solitaire relativement simples, tels que les grèves de camions en 2017 contre des piétons à New York et à Stockholm - toutes deux conduites par des Ouzbeks - mais également des opérations plus compliquées, telles que l'attentat suicide de l'aéroport d'Istanbul en 2016 - qui aurait été organisé par un Ressortissant russe - et l'attaque de 2017 contre une discothèque dans la même ville, dirigée par un Ouzbek. L'augmentation relative du terrorisme anti-occidental dans le monde post-soviétique s'explique par plusieurs raisons. Pour commencer, ces dernières années, les djihadistes du Moyen-Orient étaient trop préoccupés par les conflits locaux en Irak, en Syrie et au Yémen pour être dirigés ailleurs. L’attractivité de l’État islamique, entre-temps, s’est estompée après sa défaite quasi totale en Irak et en Syrie. En même temps, les guerres dans le Le Moyen-Orient a transformé les militants des régions russophones, qui se concentraient auparavant sur la lutte contre les gouvernements répressifs chez eux, en terroristes mondiaux. En 2017, au moins 8 500 combattants d'anciennes républiques soviétiques s'étaient rassemblés en Syrie et en Irak pour rejoindre l'État islamique. Cette expérience a donné à beaucoup de ces djihadistes leur premier goût en combattant les troupes américaines et de l’OTAN, et les a laissés en quête de vengeance, convaincus que les futures opérations devraient viser l’Occident. Ahmed Chataev, par exemple, qui aurait organisé l’attaque de l’aéroport d’Istanbul, aurait apparemment tout d’abord élaboré des plans pour frapper des cibles occidentales lors de combats en Irak et en Syrie. Une conversation téléphonique divulguée l’année dernière entre Chataev et un autre terroriste russophone, Islam Atabiev, a révélé qu’ils envisageaient de recueillir des renseignements sur plusieurs consulats et restaurants fréquentés par les Américains en Turquie et en Géorgie. La même dynamique s’est manifestée un peu plus à l’est, où des djihadistes du monde de le monde post-soviétique peut voyager beaucoup plus facilement que les Arabes détenteurs de passeports irakien, syrien ou yéménite. Au fur et à mesure que la persécution des musulmans en Asie grandit, les opportunités de griefs se multiplient. Quand j'étais au Bangladesh en juillet 2018, j'ai rencontré au moins deux groupes distincts du Caucase qui apportaient une aide religieuse dans des camps de réfugiés musulmans de Rohingya. Un responsable d'un groupe russophone affilié à des militants en Syrie a déclaré qu'il avait également prévu d'envoyer une partie de son peuple au Bangladesh. De tels contacts pourraient renforcer les capacités des djihadistes locaux menant déjà des opérations anti-occidentales dans la région, y compris ceux qui, en 2016, ont pris d'assaut une boulangerie à Dhaka très prisée des expatriés. Et les Rohingyas pourraient être davantage convaincus qu’ils sont impliqués dans une lutte mondiale pour l’Islam, et pas seulement une lutte locale pour leur propre survie. Dans les années à venir, la menace terroriste en provenance de Russie et au-delà ne fera qu'augmenter. Avec la chute de l'Etat islamique, les russophones Les terroristes ont généralement pu fuir l'Irak et la Syrie avec plus de facilité que les combattants étrangers du Moyen-Orient et sont maintenant de nouveau cachés dans l'ancienne sphère soviétique ou en Europe. Après avoir échappé à l’armée américaine, ils trouveront peut-être plus facilement que leurs complots se concrétisent. Les sympathies locales aideront. La négligence du gouvernement et la répression pure et simple ont fait des musulmans religieux du Kazakhstan, du Tadjikistan et de l'Ouzbékistan une cible attrayante pour les radicaux à la recherche de nouvelles recrues. Plusieurs cheikhs populaires du Moyen-Orient, dont le religieux saoudien Abdulaziz al-Tarefe, sont désormais largement suivis par les médias en russe et en arabe.